Des forces de la coalition pourraient «reconsidérer leur position» dans le jeu américain en Syrie

Les Australiens, tout comme d’autres membres de la coalition, ont peur d’être des victimes collatérales en cas de conflit direct entre Russes et Américains en Syrie, selon le professeur Jamal Wakeem.

L’Australie a suspendu ses frappes aériennes dans le cadre des actions de la coalition dirigées par les Etats-Unis en Syrie, après les avertissements russes consécutifs à la destruction d’un chasseur syrien par un avion américain. Lire la suite

Publicités