Attaque chimique présumée: les USA examineront d’éventuelles mesures «dès dimanche»

Les États-Unis, pays qui a déjà effectué en avril 2017 une frappe de missiles sur la Syrie en réaction aux informations sur une attaque chimique sans que ses auteurs ne soient établis, se préparent à examiner des mesures contre ce pays sur fond d’informations relayées par des radicaux sur une soi-disant nouvelle attaque chimique le 7 avril 2018.

C’est ce dimanche, soit le lendemain de l’attaque chimique présumée enSyrie, que l’équipe du Président Donald Trump examinera d’éventuelles mesures contre ce pays proche-oriental, a fait savoir le secrétaire au Trésor des États-Unis Steven Mnuchin.

Selon ce dernier, l’équipe de la Maison-Blanche en charge de la sécurité nationale examinera la question ce dimanche. «J’attends des nouvelles [de leur part, ndlr]. Je peux vous assurer qu’ils examineront les versions alternatives dont le Président leur a parlées», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il n’excluait pas qu’il puisse s’agir d’«un nouvel exemple affreux des actions» de Damas.

Plus tôt dans la journée, le conseiller à la sécurité intérieure de Donald Trump, Tom Bossert, a indiqué sur les ondes de la chaîne ABC qu’il n’écartait pas une option militaire contre la Syrie dans le contexte des informations sur une soi-disant attaque chimique.

Le groupe extrémiste Jaych al-Islam a accusé les forces gouvernementales d’avoir eu recours le 7 avril à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Les États-Unis se sont alignés sur ces accusations.

Le lendemain, la diplomatie russe a qualifié d’«intox» ces informations.

«Les intox sur un recours au chlore et à d’autres substances toxiques par l’armée syrienne se poursuivent. Une énième information fabriquée de ce type, qui concernerait une attaque chimique présumée contre Douma, a émergé hier», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué diffusé ce dimanche.

Le ministère a ajouté que les Casques blancs, cités comme étant l’une des sources de cette information, «ont à plusieurs reprises été pointés du doigt pour leurs liens avec les terroristes».

Le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général Youri Evtouchenko, a rappelé ce dimanche que l’opération sur le retrait des radicaux du groupe Jaych al-Islam de la ville syrienne de Douma commençait le 8 avril. Selon lui, certains pays occidentaux entreprennent des mesures pour perturber cette opération, en utilisant le thème de l’utilisation d’armes chimiques par les forces gouvernementales syriennes.

sputniknews

Trop tard les loubards « France et USA », les terroristes de Jaysh al-Islam ont capitulé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.